Colloque ENTA 2012 : « 2002-2012, une décennie de FOAD… et ensuite ? »

A l’occasion de son 10ème anniversaire, l’ENTA a réuni le 8 juin dernier quatre-vingts professionnels et professionnelles de la formation en réseau, à l’université de Toulouse 1 Capitole, autour d’un colloque intitulé « 2002-2012, une décennie de FOAD… et ensuite ? »

Depuis 2002, la European Net-Trainers Association (ENTA) participe au cheminement de la FOAD en France et en Europe au travers du dispositif de formation Net-Trainers / Formateur en réseau. Si en dix ans la formation en réseau s’est inscrite dans le paysage de la formation, on peut s’interroger : l’explosion que l’on annonçait aux débuts des années 2000 est-elle au rendez-vous ? Quelles sont les perspectives de développement de la formation en réseau ? Quelles sont les opportunités ? Quels sont les freins ? Le colloque ENTA a esquissé un état des lieux à partir des éclairages de Michel Lisowski, spécialiste de la formation en réseau, consultant à Centre INFFO et de Françoise Gérard, Directrice Production & Partenariats à Centre INFFO et cofondatrice du réseau TTnet France. La présentation des résultats de l’enquête réalisée auprès des diplômé-e-s Net-Trainers[1] a permis par ailleurs de délivrer un « instantané » des pratiques actuelles et à venir des professionnels de la formation.

Qu’ils la pratiquent ou non, les net-trainers ayant  répondu à l’enquête mettent en avant un certain nombre de freins à l’essor de la formation à distance. D’abord, des freins internes, au sein de certains organismes de formation, et émanant de collègues se sentant menacés par l’arrivée de dispositifs remettant en question leurs propres pratiques, mais aussi émanant de directions trop souvent  attentistes et qui rechignent à investir les moyens financiers et humains nécessaires au développement d’une réelle offre de formation à distance. Car, comme Françoise Gérard, tous s’accordent à constater que la FOAD n’est pas encore rentrée dans les modalités habituelles de la formation. Elle reste marginale et les entreprises n’y ont recours que lorsqu’elle est la seule solution possible (pour des équipes distantes, par exemple), ou bien lorsqu’elle est appuyée par une volonté politique ou enfin lorsque c’est l’usager qui en fait la demande ou qu’elle se déroule hors contributions obligatoires. Les financiers se montrent eux-aussi extrêmement méfiants quant aux modalités de contrôle des temps d’apprentissage, de la traçabilité ou de l’assiduité des participants.  Les acteurs de la formation notent que la plupart des partenaires sociaux (OPCA, OPACIF…) expriment des craintes et des questionnements autour des modalités de formation à distance. Françoise Gérard fait les mêmes constats en affirmant que la formation à distance se situe toujours dans « l’ère du soupçon ».

La question qui se pose est donc celle de la confiance. Une partie de la réponse peut être apportée par les technologies : les dispositifs doivent être capables de proposer des solutions de « tracking » des apprenants toujours plus sophistiquées. Un autre levier pour gagner la confiance des entreprises et des organismes financeurs est du ressort de la pédagogie et de l’information auprès des organismes financeurs et des décideurs. A ce propos, Françoise Gérard a annoncé la préparation par la FFFOD d’un vade mecum sur la structuration des coûts et du temps de la formation à distance. Il faudra aussi que les acteurs de la formation en réseau élaborent des offres basées sur l’analyse des besoins et formalisent préalablement à toute action les engagements relatifs aux objectifs, aux contenus, aux modalités d’apprentissage et à l’évaluation au travers du Plan Individuel de Formation. Les outils de la qualité (normes, labels et certification) peuvent aussi être à même de rassurer. A noter que l’AFNOR prépare trois normes autour des process de réalisation d’une action de formation, de l’évaluation et de la lisibilité de l’offre de formation.  Par ailleurs, l’essor de la FOAD passera par une mutualisation des moyens technologiques ou pédagogiques entre acteurs.

Michel Lisowski souligne que cette mobilisation de tous les acteurs ne peut être envisagée qu’à condition que soit mis en synergie un ensemble d’« espaces » relatifs à l’innovation sociale en formation et à la transmission des savoirs.

Dans le champ de l’innovation sociale en formation, l’impulsion doit être donnée par :

  • des mesures publiques incitatives ;
  • l’essor de la Formation Tout Au Long de la Vie prenant en compte les temps de formation formelle et de formation informelle ;
  • une flexibilisation des sites et des enseignements pour mieux s’adapter à la demande ;
  • les aménagements de temps et d’espaces « nomades » pour offrir des conditions de travail propices à la formation ;
  • des entreprises apprenantes, c’est-à-dire l’enclenchement de processus permettant aux différents savoirs, individuels et collectifs, d’interagir entre eux et de développer des compétences nouvelles, alimentant à leur tour l’innovation.

A ces mesures sociales, Michel Lisowski fait correspondre des mesures ayant trait à la transmission des savoirs :

  • la maîtrise des NTIC en formation ;
  • l’ouverture, c’est-à-dire un accès libre aux ressources informatives et formatives, associé à la faculté de retrouver soi-même ces ressources ;
  • le développement du tutorat, pour accompagner l’apprenant, à sa demande et à son rythme ;
  • l’individualisation et l’autonomie afin que l’apprenant croit davantage en ses propres capacités, s’approprie sa formation et se responsabilise dans la construction d’un parcours qu’il aura choisi ;
  • la communauté de pratiques rendue possible par les outils multimédia.

Et à Michel Lisowski de conclure, que si dans l’avenir la FOAD est davantage utilisée, ce ne sera pas parce que les nouvelles dispositions réglementaires et les nouvelles modalités d’organisation de la formation interfèrent réellement l’une sur l’autre mais parce qu’il y aura convergence d’intérêts  à les associer pour répondre aux besoins d’un monde en mutation où le projet personnel et le projet professionnel emprunteront des voies similaires.

Karine Affaton

>> Intervention_Françoise_GERARD 8_juin 12

>>Intervention Michel LISOWSKI 8 juin 12

Publicités